Accueil

Bienvenue sur le site dédié au projet Migreval

 

Migreval, c’est l’évaluation biographique des politiques par les migrants en Europe.

Ce projet de recherche est porté par le réseau thématique de chercheurs “Socialisation, familles et genre en contexte migratoire”, qui est le fruit de l’étroite collaboration entre l’UMR 7069 “LinCs” (Laboratoire interdisciplinaire en études culturelles) et l’Université Goethe de Francfort.

     logo unistra       

logo uni frankfurt 

Le réseau et le projet bénéficient du soutien de l’USIAS (Université de Strasbourg Institut d’Etudes Avancées), de Strasbourg Eurométropole, de l’IC Migrations et dl’Université Franco-Allemande (UFA/DFH).

                                 LOGO_UFA_RGB_01

 

Ce projet de recherche franco-allemand est labélisé projet pilote pédagogique et de recherche de l’Université de Strasbourg depuis septembre 2015.

Ce programme de mise en réseau thématique traite de l’évaluation biographique des politiques en matière d’apprentissage des langues par les migrants et leurs descendants venus en France et en Allemagne dans le cadre de migrations économiques, comme demandeurs d’asile, réfugiés, ou dans le cadre d’un regroupement familial, d’études ou encore pour des raisons de santé. Nous traitons également d’autres thématiques telles que l’accès aux soins en lien avec des traumatismes, les politiques de reconnaissance des faits liés à la colonisation , aux génocides, le dispositif d’intégration des populations Roms par la ville de Strasbourg, la situation scolaire des enfants de migrants en fonction de leur âge d’arrivée en France et en Allemagne, la situation comparée des étudiants extra-européens en France et en Allemagne …

 

Avril 2023 – mars 2024 : Projet d’évaluation sur le Programme de la Réussite Éducative (PRE)

Projet sous la direction de Catherine DELCROIX (PR Université de Strasbourg, Chercheure à Miginter UMR 7301, Université de Poitiers) et Laurence GRANDCHAMP (MCF, Université de Strasbourg, LinCS UMR 7069), financé par l’Eurométropole de Strasbourg

La caisse des écoles en lien avec l’Eurométropole de Strasbourg a sollicité C. Delcroix et le groupe de chercheurs franco-allemand Migreval afin d’évaluer le dispositif du programme de Réussite Éducative (PRE). Le Programme de Réussite Éducative est un dispositif spécifique de la Politique de la Ville, issu du Plan de cohésion sociale prévu par la loi du 18 janvier 2005. Il est destiné à accompagner, depuis l’école maternelle et jusqu’au terme de la scolarité obligatoire, les enfants et adolescents issus des quartiers relevant de la politique de la ville.

L’objectif de cette évaluation est d’analyser et de proposer d’éventuelles évolutions au dispositif du PRE. Les enjeux de la présente mission sont :

  • Évaluer la pertinence du dispositif du PRE par rapport aux besoins de l’enfant, mesurer ses effets sur l’apprentissage/le bien-être des enfants ainsi que sur leurs familles.
  • Mesurer la cohérence et la complémentarité des différents dispositifs mis en place par les équipes internes et les prestataires externes. Il s’agit ici d’interroger les pratiques, les méthodes et processus à l’œuvre au sein des différentes interventions.
  • Interroger l’efficience à travers les moyens mis en œuvre pour les accompagnements.

Cette évaluation du dispositif de réussite éducative sera réalisée à partir d’une évaluation biographique des politiques publiques. Celle-ci se démarque des méthodes quantitatives communément utilisées, car elle permet de recueillir les expériences de personnes directement concernées par celles-ci. En effet, notre approche a pour objectif de révéler les enjeux et les effets inhérents aux politiques publiques du point de vue de l’expérience vécue. Recueillir ainsi les avis des bénéficiaires d’un dispositif, rend possible de voir les effets performatifs concrets qui relèvent de ladite politique publique.

L’évaluation se déroule dans quatre Quartiers Prioritaires de la Ville (QPV) de l’Eurométropole, dont des entretiens semi-directifs sont menés avec des parents, enfants, enseignants, coordinateurs, accompagnateurs, etc. qui sont impliqués dans le PRE, soit disons avec les acteurs divers qui composent l’écosystème du PRE.

2023 – 2025 : Projet « Villes et exils ukrainiens/Atlas des villes accueillantes »

Projet sous la direction de Thomas LACROIX (Directeur de recherche au CNRS, CERI UMR 7050, Sciences Po Paris), financé par IC Migrations

Le projet a pour objectif de reconstituer de manière comparative les conditions d’accueil des exilé.es d’origine ukrainienne à Strasbourg, Nantes, Montpellier et Paris et se réalise à partir d’un partenariat entre Thomas Lacroix de Sciences Po à Paris et le groupe de recherche Migreval. Les déplacé.es ukrainien.nes jouissent d’une protection temporaire, mesure exceptionnelle de l’Union européenne pour réagir au déplacement massif des Ukrainiens en Europe à la suite de l’invasion russe. Les questions suivantes sont posées :

  • Comment ces personnes vivent-elles les différentes étapes de leur accueil ainsi que leur insertion ?
  • Quels sont les aspects qu’ils mettent en avant comme étant les plus favorables à cette insertion ?
  • Comment leurs parcours se différencient-ils de ceux des Syriens et des Afghans ?

La comparaison avec quatre villes permettra de comparer les différents dispositifs des villes et leurs effets sur la trajectoire des exilé.es. Il se fonde également sur la reconstruction et le suivi dans la durée du parcours de familles ukrainiennes. À cet effet cinq études de cas avec cinq Ukrainiens et leurs personnes ressources seront construites. Les premières observations indiquent que les Ukrainiens sont accompagnés de manière spécifique par rapport à d’autres demandeurs de protection ou d’asile ce qui s’explique par des mesures spécifiques mises en place : comme des cours de français réservés aux Ukrainiens à Lyon, un guichet unique pour les démarches administratives liées à la demande de protection temporaire ou la traduction des documents officiels en ukrainien.

À l’aide de la base de données Migreval, il est également envisagé d’élargir cette recherche à une comparaison avec l’Allemagne et un approfondissement des conditions d’accueil d’autres populations comme les Afghans et les Syriens (dont les parcours sont présents dans la base de données Migreval). Cela nous permettra de contraster les conditions d’accueil et ses effets sur le parcours des exilé.es afin de pouvoir par la suite en déduire des possibles mesures à prendre en compte pour tous les bénéficiaires d’une protection internationale.

Depuis 2022 : Recherche-action avec les Mineurs Non-Accompagnés (MNA) « Situations et champ des possibles des jeunes mineurs non accompagnés et des majeurs primo-arrivants (10 à 25 ans) »

Projet sous la direction de Catherine DELCROIX (PR Université de Strasbourg, Chercheure à Miginter UMR 7301, Université de Poitiers), financée par l’Université Franco-Allemande (UFA)

Depuis une dizaine d’années, on assiste à l’arrivée en France et en Allemagne de jeunes mineurs et majeurs isolés en quête d’une intégration citoyenne à Strasbourg et à Francfort, mais aussi plus largement en France et en Europe. Après un parcours semé d’embûches et d’obstacles, ces jeunes garçons et filles cherchent avant tout à être scolarisés. Ils ont « soif d’apprendre ». Dans la continuité des projets de recherche du groupe de recherche Migreval, qui s’est associé à la réflexion de la municipalité de Strasbourg sur les “ménages à droits incomplets”, nous proposons d’élargir ce questionnement à la situation de jeunes migrants isolés susceptibles de voir leurs droits complétés.

La recherche-action se caractérise par son approche collaborative, autrement dit l’enquête est effectuée en lien avec des jeunes concernés, un(e) représentante de la municipalité de Strasbourg, avec des acteur(rice)s de la Protection de l’Enfance, des membres d’associations impliquées par ce suivi, de l’Éducation Nationale et avec des chercheurs et étudiants (français et allemands) participant activement au groupe Migreval.

À partir des récits de vie qui sont réalisés auprès des jeunes concernés et des personnes ressources qui les entourent, leurs parcours sont reconstitués. Des ateliers d’analyse collaborative permettent d’approfondir les différentes thématiques et de les enrichir par des comparaisons avec l’Allemagne. La partie allemande est assurée par nos collègues et membres de Migreval Anna Schnitzer à l’Université de Halle et Youssef Abid de University of Applied Sciences of Frankfurt.

L’objectif de cette recherche-action est de proposer des mesures qui mettent à contribution leurs expériences en vue d’améliorer leur accompagnement par les institutions et la société civile en vue de leur entrée dans l’âge adulte.

Résumé du projet CollabMigr

Ce projet a pour objectif de créer une plateforme collaborative rassemblant des chercheurs qui étudient des phénomènes migratoires à partir d’une triangulation de méthodes qualitatives, en particulier le récit de vie et l’observation ethnographique. Il vise essentiellement à développer des pratiques collaboratives en recherche sur les migrations : d’une part à travers six séminaires collectifs d’analyse répartis sur deux ans, d’autre part à travers l’élargissement d’une base de données qualitatives Migreval. Cette base de données à accès restreint a été créée en 2015 à l’Université de Strasbourg en tant que projet pilote et est soutenue par l’Université franco-allemande depuis 2014. L’encadrement pédagogique de jeunes chercheurs, la création de structures de travail horizontales et les échanges entre plusieurs universités françaises et internationales joueront un rôle central dans le projet CollabMigr. Les possibilités de créer une archive nationale à partir de matériaux qualitatifs seront également étudiées en lien avec le Musée national de l’histoire de l’immigration à Paris, beQuali et l’association « Génériques ». Une collaboration sera également mise en place entre CollabMigr et des pionniers de l’histoire orale, Ronald Grele aux Etats-Unis et Paul Thompson en Grande-Bretagne.   

Résumé du projet DivDroitFamille

Ce projet a pour objectif de comparer, dans une perspective historique (de 1960 jusqu’à aujourd’hui), comment “faire famille” influe sur l’accès aux droits et l’insertion de migrants. Depuis les années 2010 on observe, dans plusieurs villes de France, une augmentation du nombre de familles migrantes à la rue. Cela a mené des municipalités, en particulier celle de Strasbourg, à développer une politique pour faciliter l’installation locale de ces familles en s’appuyant sur la diversité de leurs statuts juridiques pour compléter leurs droits. Des recherches récentes ont analysé les effets de cette pluralité juridique intrafamiliale (Fogel 2019). Si cette politique est innovante, le fait que les membres d’une même famille disposent de différents droits n’est pas un fait nouveau, mais une expérience fréquente parmi les étrangers en France, qui a souvent influé sur leur insertion et leur régularisation.

Ce projet comparera :

  • Les statuts juridiques présents dans une même famille,
  • L’impact de réglementations juridiques sur la vie de familles à différentes périodes historiques,
  • Les contextes français et allemand.

Ce projet réunit 22 chercheurs qui réaliseront une enquête basée sur des récits de vie, des entretiens semi-directifs et sur une analyse du contexte juridique. Il se fera en coopération avec des juristes, des acteurs municipaux, départementaux et associatifs. Un numéro de revue, un ouvrage collectif et un film documentaire rendront compte des résultats du projet.   

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search