Historique du projet

Projet migreval

Ce projet pédagogique et de recherche franco-allemand associé à la création de la base de données Migreval est un projet pilote pédagogique et de recherche de l’Université de Strasbourg depuis septembre 2015 initié par Ursula Apitzsch, Daniel Bertaux, Catherine Delcroix et Lena Inowlocki. Voici comment ce projet est né :

L’origine du projet :

En 2006, Catherine Delcroix qui venait d’être élue à l’Université Marc Bloch de Strasbourg sur un poste de professeur de sociologie (après avoir enseigné à l’Université de Toulouse-Le-Mirail puis à celle de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines) a repris contact avec ses collègues de l’Université Goethe de Francfort Ursula Apitzsch et Lena Inowlocki, toutes deux sociologues de l’immigration comme elle. Elle les connaissait pour les avoir rencontrées dans des Congrès internationaux, et elle désirait travailler avec elles à une approche comparative franco-allemande. Dès leur première rencontre se fit jour l’idée d’un séminaire doctoral entre leurs universités respectives. Il réunirait deux fois par an pendant deux jours une dizaine de doctorants en sociologie allemands et autant de doctorants français. Ils travaillent dans le très vaste champ des migrations internationales. Leur approche commune est fondée sur le recueil de récits de vie croisés de migrants et de leurs enfants installés en France et en Allemagne. En tant que spécialiste des récits de vie, Daniel Bertaux est associé au réseau depuis le début. Elise Pape, à l’époque doctorante en cotutelle à l’Université de Strasbourg et de Francfort, est également associée depuis le début à la création du réseau. Voici les différentes étapes du développement de ce réseau :

  • 2008 : Création d’un séminaire franco-allemand réunissant mes collègues de deux universités de Francfort (l’Université Goethe et l’Université de sciences sociales appliquées de Francfort dont Lena Inowlocki, Ursula Apitzsch) des étudiant (e)s en Master, en doctorat, des post-doctorants et des chercheur(e)s. Ce séminaire (deux rencontres par an) a été officiellement depuis cette date reconnu et financé dans le cadre d’une convention signée par l’Université de Strasbourg et l’Université Goethe de Francfort, et un accord d’échange international avec l’Université de Francfort (sciences sociales appliquées). Depuis le début, ce qui nous rassemble c’est l’approche biographique et l’évaluation biographique des politiques par les migrants et par les professionnels accompagnants, les migrations internationales, les comparaisons de politiques sociales en Europe avec une attention particulière aux formes d’interventions sociales et aux dispositifs mis en place en France et en Allemagne en direction des migrants. A partir de ce séminaire auquel depuis le début participent des étudiants du parcours de Master 2 Intervention sociale, Conflits et Développement[1] du Centre d’Etudes et de Recherches sur l’Intervention Sociale (CERIS) de l’Université de Strasbourg (Sarra Chaiëb, Dieudonné Kobanda, Muriel Dudt, Aline Kindelberger, Eva Lajarigue, Dominique Destouches…). Nous avons construit Lena Inowlocki et moi-même un module franco-allemand sur les comparaisons des politiques sociales en Europe au sein de nos deux universités. Nous avons mis en place plusieurs cotutelles de thèse, favorisé l’engagement dans des thèses comparatives européennes des étudiants du CERIS et de l’Université de Francfort.
  • 2014-15 : Nous avons obtenu la reconnaissance et le financement par l’Université Franco-Allemande de notre réseau pour mener une recherche sur l’évaluation biographique des politiques d’apprentissage des langues par les migrants en France et en Allemagne (UFA) avec construction d’une base de données à accès restreint constituée à partir d’entretiens biographiques de migrants et de leurs enfants, de professionnels et de bénévoles et de responsables politiques, etc.) avec pour objectifs de proposer des analyses sociologiques et de mettre en évidence de bonnes pratiques. Ce projet a permis l’obtention d’un contrat doctoral IDEX par l’UDS. En septembre 2015, ce projet de base de données sur l’évaluation biographique des politiques par les migrants est devenu un projet pédagogique et recherche pilote de l’UDS.
  • Décembre 2015: Nous avons obtenu le financement d’une école d’hiver par l’UFA sur cette recherche et pour permettre à des étudiants de Master, des doctorants et des post-doctorants de France et d’Allemagne d’apprendre cette méthodologie (6 jours). Elle s’est déroulée en novembre 2016. Le recrutement de doctorants s’est fait sur concours. Les étudiants français et allemands de M2 du parcours Intervention sociale y ont aussi participé. Parallèlement ce projet a reçu le label de projet IDEX d’innovation pédagogique ainsi qu’un financement supplémentaire de la part de l’Université de Strasbourg dans le cadre des Investissements d’Avenir.

Création et développement de la base de données

Suite à l’école d’hiver, entre 2016 et 2020, nous avons été financés chaque année par l’UFA afin de mettre sur pied et de développer la base de données à accès limité et d’organiser des séminaires d’analyse collective sur des thématiques portant sur des politiques touchant aux différents aspects de la vie des migrants en France et en Allemagne (logement, apprentissage des langues, santé, accès au droit, insertion professionnelle, scolarisation des enfants, formation des adultes …).

Description de la base de « données qualitatives » à accès restreint MIGREVAL

2 octobre 2019, Université de Strasbourg[2]

Notre base de données MIGREVAL comporte actuellement 164 entretiens approfondis (d’une durée d’une heure à trois heures) avec des migrants, dont 57 familles, et 59 entretiens avec des personnes ressources, qui sont des professionnels, des élus, des bénévoles, ou d’autres personnes que les familles nous indiquent comme ayant joué un rôle important dans leur insertion (voisins, enseignants, amis).

Les migrants que nous avons interviewés sont originaires de tous les continents et sont arrivés soit à Strasbourg, soit à Francfort ou à Stuttgart depuis 1955 jusqu’à aujourd’hui. 60% des entretiens qui sont actuellement sur la base de données sont des entretiens avec des personnes qui sont arrivées soit à Strasbourg, soit à Francfort depuis les années 2010, et plus particulièrement en 2015-2016. Une grande partie de ces personnes a été déboutée du droit d’asile. Dix familles notamment ont été interviewées à la Loupiote, un accueil de jour à Strasbourg pour les familles migrantes à la rue[3].

Les entretiens avec des personnes ressources quant à eux ont été menés avec des professionnels d’institutions publiques communales, départementales, nationales et européennes. Nous avons également interviewé un bon nombre d’acteurs associatifs à Strasbourg, Francfort et Stuttgart, ainsi que des acteurs dans le champ religieux. Parmi nos interlocuteurs se trouvent des agents territoriaux, des élus, des juristes, des enseignants (de français FLE), des personnes engagées dans le domaine de l’hébergement, de l’accès aux droits ou de l’éducation.

Lorsque les personnes que nous rencontrons acceptent d’être enregistrées – nous ne comptons, après deux ans de travail de terrain, qu’une dizaine de refus – nous enregistrons les entretiens. L’enregistrement permet de rester davantage fidèle à la parole de la personne interviewée (relativement à une prise de notes). Ce point est très important, notamment dans la méthode de l’évaluation biographique des politiques dans laquelle le respect du récit et du point de vue de la personne est central en particulier pour saisir les effets de politiques publiques sur sa situation et son parcours. Lorsqu’on interroge des personnes qui sont originaires de sociétés éloignées de la France, tant sur le plan géographique, politique, culturel que linguistique, un risque existe d’interpréter – et donc de mésinterpréter le récit par une écoute trop rapide. Nous attachons par conséquent une grande importance à l’enregistrement sonore.

Après la réalisation de l’entretien, nous le retranscrivons (1 heure de travail pour 10 minutes d’enregistrement en moyenne) et nous l’anonymisons. En réalité, le terme le plus précis pour cette étape du travail, comme nous l’avons vu avec la Correspondante Informatique et Libertés (qui travaille en coopération avec la CNIL) à l’Université de Strasbourg, est le terme de pseudonymisation. Nous choisissons des noms d’emprunt pour les noms, prénoms, villes d’origine des personnes, nous supprimons toute date exacte (par exemple date de naissance précise, ou date d’arrivée en France précise), etc. Cependant, cela ne suffit pas toujours à anonymiser entièrement un entretien, car en lisant l’ensemble du récit d’une personne, même lorsque les informations personnelles ont été modifiées, il arrive que les autres informations contenues dans le récit permettent de l’identifier. C’est pourquoi l’accès à notre base de données n’est pas accessible à un public large ; il est limité à l’équipe de recherche dont l’une des missions consiste à répondre aux demandes formulées par les institutions qui financent MIGREVAL (par exemple la municipalité de Strasbourg).

Nous pouvons en revanche rendre publics, par exemple sur notre site hypothèses.org ou dans nos publications scientifiques, certains extraits d’entretiens. Mais des précautions s’imposent, d’autant plus que certaines personnes que nous avons interrogées (en procédure d’asile, ou déboutées du droit d’asile) sont dans des situations difficiles et parfois risquées (par exemple pour un certain nombre de familles albanaises qui craignent, du fait de leur fuite hors du pays, des représailles contre leurs proches restés en Albanie).

Une fois l’entretien retranscrit, nous l’envoyons à la personne interrogée. Cette règle que nous nous imposons constitue une exception au regard des pratiques courantes des chercheurs ; elle a été reconnue par le service juridique de l’Université de Strasbourg comme exemplaire en termes d’éthique. La personne interviewée est invitée à relire son entretien et peut modifier ou rajouter des parties (la plupart du temps, jusqu’ici, les personnes ont validé la retranscription telle qu’elle leur a été présentée, ou parfois y ont ajouté des informations manquantes).

Nous effectuons ensuite un résumé analytique de l’entretien dans lequel nous donnons un aperçu chronologique du parcours avec des premières analyses.

Les retranscriptions sont faites dans la langue d’origine (la plupart des entretiens ont été effectués soit en français, soit en allemand, soit en anglais). La plupart des résumés analytiques sont rédigés en anglais.

Nous téléchargeons ensuite ce matériel (retranscriptions et résumés analytiques) sur la base de données MIGREVAL. Pour chaque entretien saisi, nous remplissons également une grille (envoyée dans l’un de mes mails) qui a été élaborée conjointement avec des collègues spécialistes des récits de vie, des démographes et des informaticiens. Cette grille nous permet, maintenant que le nombre d’entretiens dans la base commence à être élevé, de retrouver ceux des cas qui concernent un sujet donné : par exemple des migrants venant de tel pays donné (par exemple du Tchad) ; ou de migrants arrivés à telle période (par exemple entre 1960 et 1980, ou en 2015), ou le diplôme possédé par les personnes interviewées. Dans la mesure où notre recherche se concentre particulièrement sur les familles, nous avons également développé un outil de saisie qui fait en sorte que les entretiens individuels soient automatiquement regroupés par famille. Nous avons également développé la possibilité de regrouper les personnes interviewées, quand cela fait sens, par petits groupes : car l’un des résultats de nos analyses est de montrer que les migrants, quand ils arrivent seuls et ne vivent pas encore en famille, construisent des groupes d’entraide qui perdurent dans la durée, et que nous appelons groupes de référence.

Nous organisons des séminaires d’analyse bimensuels qui rassemblent les membres de notre réseau de recherche, et parfois également des migrants et/ou des professionnels avec lesquels nous analysons les retranscriptions d’entretiens recueillies.

[1] Depuis 2018, le parcours de Master s’appelle Interventions sociales, comparaisons européennes et migrations.

[2] Mise à jour régulièrement.

[3] Les entretiens ont été analysés dans le cadre du mémoire d’Ariane Izere-Uwayo.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search