Construire une Étude de cas

A MIGREVAL nous construisons des études de cas de parcours de migrants venus en France et en Allemagne seuls ou en famille. Travailler à partir d’études de cas consiste à identifier les multiples acteurs intervenant dans le parcours des migrants rencontrés en prenant en compte ce qu’ils/elles ont vécu avant de migrer, pendant leur voyage et dans le pays où ils/elles se sont installés.

L’approche choisie est celle de l’étude du parcours de vie comme l’a notamment défini par Glen Elder, 1998 selon quatre principales dimensions. Elle est développée également par Claudine Attias –Donfut [1]« 1°le parcours de vie est un processus à long terme de développement humain en interaction avec le temps sociohistorique ;2°les histoires de vie des proches (famille, amis et relations sociales significatives) sont solidaires, elles s’entrecroisent et s’influencent réciproquement (linked lives) : par exemple un évènement survient dans la vie de l’un entraîne des répercussions sur le devenir de l’autre) ; 3° le parcours de vie est divisé en étapes socialement définies, de l’enfance à la vieillesse ;4°enfin, dernière dimension, qui doit être soulignée tout particulièrement dans le cadre de l’expérience migratoire, celle de l’action humaine, l’individu construisant activement son existence, en faisant des choix, en mettant en œuvre des stratégies et en réalisant des projets. »

Nous avons recueilli des récits de vie avec des migrant·e·s et leurs descendant·e·s, que nous avons croisés avec des entretiens avec des personnes-ressources telles que des professionnel·le·s, des politicien·ne·s et des bénévoles actif·ve·s dans l’accueil et l’insertion de migrant·e·s à Strasbourg, à Francfort et Stuttgart et dans leurs régions proches. C’est le croisement de ces entretiens qui nous permet de construire des « études de cas élargie »

[1] ATTIAS-DONFUT Claudine, L’enracinement. Enquête sur le vieillissement des immigrés en France, 2006, Armand Colin, Paris, p.7

 

Qu’est-ce qu’une « étude de cas élargie » ?

Reprendre a posteriori le parcours de migrant.e.s et leurs descendant·e·s qui sont parvenus à s’extraire des difficultés auxquelles ils/elles ont été confrontés. L’enjeu est d’identifier, dans chacun des réseaux auxquels ils/elles, des acteur.e.s ayant été porteur.e.s des « moments décisifs » qui ont permis à ces migrants de s’extraire d’une trajectoire difficile.

C’est Michael Burawoy qui propose une démarche de recherche participative fondée sur ce qu’il appelle l’étude de cas élargie. Celle-ci permet de développer une approche réflexive historique et comparée du terrain, « science réflexive » qui se définit par « l’engagement, et non le détachement, (elle) est la voie d’accès à la connaissance. Fondée sur notre participation au monde que nous étudions, la science réflexive développe des dialogues multiples pour expliquer les phénomènes empiriques. Elle établit un premier dialogue (…), entre l’observateur et les acteurs. Elle insère ce premier dialogue dans un deuxième entre les processus locaux et les forces globales. Celui-ci ne peut à son tour être compris qu’à travers un troisième dialogue de la théorie avec elle-même… La science réflexive (…) ne crée pas la connaissance tabula rasa. Elle s’appuie, d’une part, sur un ensemble de théories savantes, et d’autre part, sur des conceptions de sens commun ou sur des récits indigènes. Ces deux types d’éléments interagissent dans des lieux réels[1]. »

« L’étude de cas élargie développe une stratégie comparative repérant la source de petites différences dans des forces extérieures… Au lieu de réduire le cas à des exemples particuliers d’une loi générale, elle examine chaque cas dans sa relation avec d’autres cas[2]. »

Nous avons recueilli ces entretiens à partir de la méthode du récit de vie. Les récits de vie permettent d’adopter une perspective diachronique et ainsi de remonter dans le temps (Bertaux 2016). Ils permettent également de percevoir comment des parcours sont impactés par les structures sociales, mais également comment les individus rencontrés, loin de demeurer passifs, réagissent aux rapports sociaux qui les entourent et développent des stratégies pour réaliser leurs objectifs, dans certains cas en transformant les structures existantes. En contexte migratoire, les récits de vie permettent de plus de saisir les expériences que des individus ont pu faire avant leur migration, permettant ainsi de mieux identifier les ressources développées dans leur pays d’origine, de saisir leurs origines sociales et leur mobilité sociale de façon plus contrastée (Attias-Donfut et Wolff 2001) ou de mieux identifier la nature des défis rencontrées en Europe.

[1] Michael Burawoy, « L’étude de cas élargie. Une approche réflexive, historique comparée de l’enquête de terrain. » in Daniel Céfai, L’enquête de terrain, La Découverte, MAUSS, 2003, Paris, p. 425-463, p. 426 et p. 429.

[2] Ibid., p. 444.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search