Résultats

Exemples de résumés analytiques qui sont croisés avec d’autres interviews recueillis en France et en Allemagne: 

Les dispositifs évoqués dans les entretiens font actuellement l’objet d’un travail de périodisation des politiques envers les migrant.e.s dans le champ de l’apprentissage des langues, de l’accès à l’emploi, des contrats d’intégration et de la petite enfance en France et en Allemagne.

 

Famille Abimbola ** Tous les noms employés dans les textes de ce site sont des noms d’emprunts fictifs**

Ada Abimbola vient au monde en 1965 au Nigéria, un pays anglophone. Elle est la onzième d’une famille polygame de vingt-un enfants. Elle fait des études de comptabilité. A travers une amie elle rencontre Peter, qui deviendra son époux et le père de ses trois filles. Le couple se marie sous la forme d’un mariage « traditionnel ». Peter est militaire et Ada exerce son métier de comptable. En 1995, Ada a 30 ans et occupe la fonction de responsable des services de marketing dans une société au Nigéria. En 1995, à la suite d’une tentative de coup d’État, plusieurs arrestations sont effectuées au sein de l’armée. Peter, ainsi que toute sa famille sont arrêtés. Peter est incarcéré dans une prison autre qu’Ada et leurs deux filles âgées respectivement de six et trois ans. Trois ans plus tard, avec l’aide d’un militaire proche de son mari, Ada réussit à sortir de prison et à s’exiler avec ses enfants au Bénin. Après avoir confié ses deux filles à « des amies » au Bénin, et enceinte de sa dernière fille, Ada arrive en France en compagnie du militaire qui l’a aidée à fuir. Le lendemain de leur arrivée, ce dernier lui annonce qu’il continuera sa route seul vers l’Angleterre et lui conseille de se rendre à Strasbourg pour y demander l’asile. Parlant un peu le français en raison de séjours au Bénin, un pays francophone voisin du Nigeria, ce dernier a demandé conseil à un Français, à leur arrivée, sur ville idéale d’accueil de réfugiés en France. Celui-ci lui a conseillé la ville de Strasbourg. Le militaire conseille à Ada de se rendre à l’église catholique à son arrivée dans cette ville où elle serait, selon lui, aidée et accompagnée.

Ada, qui ne parle pas un mot de français à son arrivée en France, arrive à Strasbourg en train. Après plusieurs difficultés de communication liées à la barrière de la langue, elle finit par trouver quelques passants qui la conduisent à la Cathédrale de Strasbourg. Sur place, Ada ne voit que des touristes puis un prêtre qui la reçoit avant de la rediriger vers une autre église. L’adresse de l’église en main, Ada rencontre un Camerounais près de la Cathédrale. Ce dernier est accompagné de son épouse française et parle parfaitement l’anglais. Le couple conduit Ada vers l’église recherchée, qui est fermée. Au vu de son état (Ada est enceinte), le couple décide de l’héberger pour la nuit. Le lendemain, il l’accompagne une nouvelle fois à l’église, où elle est prise en charge : des membres de la paroisse veilleront tout d’abord à ce qu’elle soit hébergée dans un hôtel, puis l’accompagneront dans sa procédure de demande d’asile jusqu’à ce qu’elle obtienne le statut de réfugiée.

Ada donne naissance à sa troisième fille, Jen. Après huit mois de vie à l’hôtel, sans plus d’explications, une assistante sociale décide d’envoyer Ada et sa fille Jen dans un petit village en Nouvelle-Aquitaine, en expliquant à Ada qu’elle aurait plus d’opportunités là-bas. Ada, qui commençait à peine à apprendre le français et à se constituer un cercle social à Strasbourg, se retrouve pratiquement dans la même situation qu’à son arrivée en France. Après huit mois en Nouvelle-Aquitaine, elle prend la décision de retourner à Strasbourg, « parce qu’ici à Strasbourg, le dimanche il y a une dame qui nous ramenait à l’église et je commençais à connaître des gens ici, à avoir des habitudes, des connaissances ; le week-end j’allais aussi aider à l’église, nettoyer l’église, les bureaux, tout ça. J’avais une dame qui m’aidait là-bas, elle est américaine, elle parlait anglais mais aussi français. C’est comme ça que je suis revenue ici à Strasbourg ».

De retour à Strasbourg, Ada dépose une demande de logement. Appuyée par des travailleurs sociaux, et la présence d’un enfant en bas âge aidant, Ada accède à un logement social. Son objectif  consiste alors à faire venir ses deux autres filles. Entre temps, le dictateur du Nigéria Sani Abacha est décédé, officiellement d’un arrêt cardiaque. Peter est remis en liberté. Il en veut à Ada de s’être exilée en France et lui demande de rentrer au pays. Ada refuse et l’incite au contraire à venir en France, ce qu’il refuse également. Le couple est alors « séparé de fait », ainsi que l’exprime Ada.

Afin de pouvoir faire venir auprès d’elle ses deux filles, Ada accepte le premier travail qui se présente à elle. Elle commence à travailler dans le nettoyage. Le regroupement de ses filles ne sera effectif que six ans plus tard. Ce qu’Ada pensait être un travail éphémère devient son métier dans la durée : le nettoyage. Elle regrette de ne pas avoir pu accéder à une formation après la régularisation de sa situation administrative en France.

Ada vit seule avec ses filles et n’a jamais osé leur parler de son passé. Ainsi, au moment de l’entretien, ses filles ne savaient pas, par exemple, que leur mère avait fait des études et qu’elle avait été comptable dans un fonction de cadre dans leur pays d’origine. Sa fille Jen, qui a 18 ans au moment de l’entretien, l’apprend à travers l’interview réalisé. Ada et ses filles n’ont pas beaucoup de contact avec Peter. Ada n’a pas de famille en France ni en Europe. Elle et ses filles sont devenues françaises et retournent de temps en temps au Nigeria pour rendre visite à leur famille. Afin de maintenir ces liens familiaux, Ada a tenu à parler régulièrement son dialecte, le yorouba, et l’anglais à ses filles. Par conséquent, ses filles parlent couramment trois langues : le français, l’anglais et le yorouba.

Ada se sent reconnaissante vis-à-vis des associations qui l’ont aidée à surmonter ses difficultés : son premier accueil et hébergement dans un hôtel, son apprentissage du français, sa demande d’asile, sa demande de logement social, sa demande de regroupement familial, l’aide aux devoirs pour ses filles, etc. ont pu se concrétiser selon elle principalement grâce à un soutien associatif. Même si elle regrette profondément de n’avoir pas pu réaliser une formation en France, elle est fière de ses filles qui réussissent dans leurs études : toutes trois ont obtenu le baccalauréat. Sa fille aînée (28 ans) travaille dans un hôpital après avoir passé un BTS. La deuxième (25 ans) est serveuse dans un restaurant et est sur le point de terminer un BTS en commerce international. La dernière (18 ans) enfin vient d’obtenir son baccalauréat et compte suivre les mêmes études que sa sœur dans le secteur du commerce international.

Famille  El Ahmi

 Akram est né en 1950 dans le nord du Maroc. Avec un niveau d’école primaire en langue arabe, ne sachant pas parler le français, il arrive en France en 1970 pour chercher du travail et gagner plus, « pour avoir une vie meilleure, une destinée », comme il dit.

Recruté dès son arrivée par une entreprise de terrassement, il fait ses premiers pas d’ouvrier d’abord à Nîmes, dans le sud-est de la France : « à l’époque, dans les années 70, pour trouver du travail, ce n’était pas difficile ». En fait, insiste-t-il, « quand je suis arrivé ici, j’avais un contrat hein (…) dans une entreprise de terrassement. J’avais tout. J’avais le logement. J’avais la place. Je n’avais besoin de rien si vous voulez. (…). Mais je n’ai pas terminé le contrat parce que le travail était pénible (…) ça ressemble à de l’esclavage.  Je ne suis pas resté. J’ai rompu le contrat, j’ai changé, je suis allé dans une autre entreprise. C’était à Nîmes. Puis, je suis venu en Alsace ».

Akram quitte Nîmes pour rejoindre Strasbourg, où son frère aîné est déjà installé. En 1973, il est embauché dans une usine locale. Bien qu’il n’ait aucun diplôme, il s’intéresse, voire se passionne pour des questions techniques. Il est fier de raconter en détail comment, non pas une fois, mais à plusieurs reprises, il a résolu des problèmes techniques que les cadres et techniciens de l’usine ne parvenaient pas à résoudre : « Le poste que j’avais avant ma retraite, quelqu’un qui n’a pas un niveau minimum de Bac ne pouvait pas y accéder. Dans l’usine, tout est informatisé : il faut maîtriser un peu d’électronique, un peu de mécanique, un peu d’informatique. En 1986 ils ont enlevé tout ce qui était manuel et c’est là que j’ai un peu souffert quoi. Malgré ça j’y arrivais mieux que ceux qui avaient fait des études. Quand ils ramenaient de nouvelles machines, la plupart du temps ça venait d’Allemagne, qui était choisi pour l’utiliser ? Moi, et je travaillais avec les ingénieurs pendant les installations. Ils me prenaient moi en premier et puis je formais les autres. Et pourtant je ne savais pas écrire. J’avais environ 550 euros de plus par mois que les autres dans la même équipe, nos primes n’étaient pas les mêmes. Et ça c’est grâce à ma curiosité. »

 En fait Akram, qui se décrit comme une personne qui n’a pas fait d’études, entre à l’usine à l’échelon le plus bas, comme OS (ouvrier spécialisé) ; mais sa curiosité, comme il le précise, fait qu’il parvient à s’auto former, au point où il occupe un poste demandant une maîtrise des machines et des programmes. A 28 ans, après avoir stabilisé sa situation professionnelle, il songe à se marier. Il retourne dans sa région natale où ses parents agriculteurs ont convenu avec un autre couple d’agriculteurs locaux de le marier à leur fille, Fatima, 15 ans. Ils se marient en 1978 ; Fatima suit son époux en France en 1980. Ils ont cinq enfants, nés entre 1981 et 1997. Pendant que son mari travaille à l’usine, Fatima élève leurs cinq enfants et leur consacre tout son temps pendant environ quinze ans. Puis, raconte Fatima, «  je me suis dit : pourquoi pas travailler dans ce domaine ? Avec des enfants. Travailler chez moi, garder des enfants… ah, je suis tombée aussi sur des parents adorables. Je n’oublierai jamais… ».

Durant l’entretien, Akram et son épouse Fatima se décrivent comme n’ayant pas fait d’études. Akram reconnaît néanmoins avoir été à l’école arabe au Maroc et avoir terminé sa scolarité avec un niveau de fin de primaire. A son arrivée en France, il ne parlait pas le français et donc ne savait ni lire ni écrire cette langue. Ce fut également le cas de Fatima à son arrivée en France. Une fois en France, sans passer par l’école publique, le couple s’avère être fortement autodidacte : Akram sollicite et bénéficie de cours du soir organisés par son employeur pour apprendre à parler, lire et à écrire le français. Il est ensuite régulièrement formé à l’utilisation de machines et d’outils informatiques jusqu’à devenir lui-même formateur des autres ouvriers. Quant à Fatima, elle bénéficie de cours dispensés par le centre socioculturel de son quartier pour apprendre à parler, à lire et à écrire le français. Cet apprentissage lui permet ensuite de passer le test d’agrément pour exercer le métier d’assistante maternelle.

L’apprentissage de la langue et de la lecture permettent à Fatima et à Akram non seulement de se sentir valorisés mais aussi et surtout de prendre connaissance des droits dont ils peuvent bénéficier et de les faire valoir – l’accès aux droits s’avère central dans cette étude de cas.

Ainsi, durant l’entretien, le couple rappelle régulièrement le nombre de fois où il est tombé à côté de droits divers dont il aurait pu bénéficier, faute de savoir lire et d’être informé : « A priori il y a plein de choses qui nous quand même échappé. Il y a plein des droits que nous n’avons pas pu recevoir parce qu’on ne savait pas. Ils ne nous les ont pas montrés. Ils ne nous les ont pas donnés. Il y en a plein. Je ne vais pas rentrer dans le détail sinon on ne s’en sort pas. […] Par exemple à l’époque il y avait des primes de naissance mais moi je ne savais pas que pour mon premier enfant je pouvais recevoir de l’aide. Personne ne me l’a dit. Jusqu’à ce que j’aie ma fille [le deuxième enfant] et c’est là que j’ai su qu’il y avait une prime. Là j’ai demandé qu’il me donne aussi la prime pour l’autre et ils m’ont dit que c’est trop tard. Personne ne me l’a dit. C’est de petites choses comme ça » (Akram).

Fatima évoque également l’exemple de son père. « Mon papa il a travaillé pendant 42 ans en Corse […] Il était jardinier. […] Il pensait qu’il avait cotisé durant toutes ces années de travail. Mais puisqu’il ne savait ni lire ni écrire, […] il avait des fiches de paie, mais les cotisations n’apparaissaient pas dessus. […]  Puis, le jour où il est arrivé à la retraite, il a perdu au moins dix ans de droits. […]  S’il n’était pas venu chez nous pour qu’on puisse faire un peu des démarches, il ne s’en sortirait pas. Il y a des années où c’était trop tard. »

Afin de faire valoir leurs droits et ceux de leur famille, Akram et Fatima ont pu également compter sur leurs propres enfants nés et formés en France, et plus particulièrement sur leurs trois filles qui, selon les dires de leur père, « s’en sortent toujours mieux que les garçons. Elles se gèrent beaucoup mieux ». Les trois filles sont respectivement ouvrière spécialisée, comptable et infirmière.

L’entretien indique qu’il existe au sein de la famille un dialogue ouvert, mené en partie devant l’interviewer, notamment sur les choix matrimoniaux adoptés par les différentes générations familiales. Si les parents déclarent que leur mariage a relevé avant tout de la volonté de leurs propres parents, Salma souligne que son mariage relève de son choix personnel, dans lequel ses parents n’interviennent pas. « C’est vraiment mon choix à moi », martèle-t-elle.