Méthodologie

1° Définition de l’évaluation biographique des politiques par les migrants

L’évaluation biographique est une forme d’évaluation des politiques développée au cours des dernières années par U.Apitzsch, M.Kontos, C. Delcroix et L.Inowlocki. Elle permet, plutôt que de partir d’une approche « par le haut » qui considère souvent les différents domaines politiques de façon séparée (politique de la santé, politique de l’éducation, etc.), d’évaluer la façon dont ces secteurs s’imbriquent dans la vie des individus, affectent leur parcours de vie, et de décrire les stratégies que les personnes déploient pour s’adapter à ces politiques (ou pour leur résister). Une évaluation des politiques en partant des migrants eux-mêmes semble particulièrement pertinente, car les politiques mises en place sont souvent expérimentées sur les populations migrantes avant d’être élargies à d’autres populations.

2°Thématique retenue par le réseau pour réaliser une première enquête commune

La thématique que nous avons retenue pour ce réseau est celle de la politique des langues. La question des langues est une clé d’entrée particulièrement pertinente dans l’étude des migrations (mais aussi, de manière plus vaste, dans l’étude des sociétés contemporaines). L’apprentissage de la langue du pays d’accueil est actuellement au cœur de la politique européenne d’intégration. Depuis le milieu des années 2000, différents pays membres de l’Union Européenne, dont la France et l’Allemagne, ont mis en place des contrats d’intégration fondés sur la connaissance de la langue du pays d’accueil.

Nous commencerons par mettre sur pied une recherche exploratoire. Nous choisirons avec soin 25 familles immigrées à Strasbourg et 25 à Francfort . Nous réaliserons des récits de vie avec les membres des différentes générations de ces familles (environ cinq par famille) et à partir de ces récits nous effectuerons une évaluation biographique des politiques en matière de langue, en étudiant la manière dont ces dernières ont touché les différentes étapes de la vie familiale des personnes. Les récits de membres de ces familles mais de sexe, d’âge et de génération familiale différents nous permettront de remonter dans le temps, et ainsi d’atteindre une profondeur temporelle qui permettra une évaluation des politiques dans la durée. De plus, nous ne nous concentrerons pas uniquement sur les politiques d’apprentissage de la langue du pays d’accueil, mais aussi sur les dispositifs existant en France et en Allemagne pour l’apprentissage des langues en général. Ceci nous permettra d’une part de réfléchir à la manière dont les politiques linguistiques en France et en Allemagne situent ces deux pays sur un échiquier linguistique et international, et sur le rapport que ces deux pays entretiennent avec l’image de l’Etat-nation. D’autre part, nous étudierons la manière dont ces politiques encouragent ou non l’apprentissage des langues des pays d’origine des migrants, et les choix des familles rencontrées quant à leurs pratiques linguistiques familiales. Ce point est particulièrement central en ce qui concerne les pratiques transnationales des familles, qui forment souvent un contraste avec les politiques assimilationnistes des pays d’accueil, basées sur un modèle de monolinguisme et de mono-appartenance nationale. On constate cependant depuis quelques années l’introduction de cours de langues maternelles des migrants dans les écoles primaires et secondaires en France et en Allemagne.

En partant de récits de familles migrantes, nous effectuerons ainsi une évaluation des politiques de langues dans la durée. Nous étudierons l’impact de ces politiques sur plusieurs étapes de la vie familiale des migrants. Ceci nous permettra également d’en savoir plus sur d’autres domaines politiques liés à celui des langues (par exemple les domaines de l’éducation, de la santé, du regroupement familial, de l’emploi, etc.).

3° Grille d’entretien

Nous nous intéresserons aux questions suivantes :

  • Les tests de langue à l’arrivée en France et en Allemagne : ont-ils joué un rôle dans l’arrivée des migrants en France et en Allemagne et dans le regroupement familial  (nous contrasterons les cas de deux familles, l’une arrivée depuis longtemps, l’autre beaucoup plus récemment parmi l’ensemble des familles enquêtées en France et Allemagne )?
  • Les cours de langue pour les migrants après leur arrivée en France et en Allemagne : Vers quels dispositifs les personnes ont-elles été orientées à leur arrivée? Quelles sont leurs expériences par rapport à ces cours ? En quoi les dispositifs d’apprentissage de langues ont-ils évolué au cours des dernières années ? Comment les différentes générations familiales évaluent-elles ces évolutions ?
  • Le rôle de la langue dans la recherche d’emploi : Dans quels secteurs les personnes rencontrées sont-elles employées ? Quelles sont les exigences en termes de connaissances linguistiques des secteurs dans lesquels ces personnes sont employées? Les employeurs mettent-ils des cours de langue à disposition de leurs salariés migrants ? Les langues maternelles des migrants sont-elles valorisées, voire requises, dans leur emploi ?
  • L’apprentissage éventuel de la langue du pays d’accueil avant l’entrée à l‘ école primaire : Les enfants sont-ils allés, vont-ils à la crèche ou à la maternelle ? Quel est le rôle de la langue dans le choix des parents à ce niveau-là ? (Dans certaines familles marocaines interviewées en France, les parents inscrivaient leurs enfants de trois et quatre ans à des activités ludiques en arabe avant de les scolariser à cinq ans en dernière section de maternelle). Ici, on peut s’attendre à des différences sensibles entre la France et l’Allemagne en raison des différences des systèmes éducatifs.
  • Quel est l’impact des structures de la petite enfance sur l’apprentissage de la langue du pays d’accueil par les parents immigrés ?
  • Quel est, de manière plus vaste, l’impact du genre sur l’apprentissage des langues du pays d’accueil ? On constate par exemple en France que les Politiques de la Ville développent des lieux d’apprentissage du français pour les femmes, mais que cela n’est pas le cas pour les hommes sur leur lieu de travail.
  • Quel est l’impact des langues sur la santé des migrants et sur leur accès aux soins médicaux? Les langues maternelles des migrants sont-elles comprises et/ou parlées par les professionnels de la santé? Les enfants des migrants les accompagnent-ils chez le médecin pour tenir lieu d’interprète?
  • Quel est l’impact des réseaux de sociabilité et des loisirs des personnes sur l’apprentissage des langues? Inversement en quoi les connaissances linguistiques ont-elles un impact sur ces domaines de la vie quotidienne ?
  • Quelles langues les enfants apprennent-ils durant leur parcours scolaire ? La langue de leur pays d’origine est-elle enseignée dans leur établissement ? Quelles langues vivantes choisissent-ils ? Ce choix se fait-il en fonction de membres de leur famille élargie vivant dans d’autres pays d’Europe ? (En effet, il est fréquent que les parents immigrés aient des cousins établis dans un autre pays européen, et que de ce fait leurs enfants aient envie d’apprendre cette langue.)
  • En quoi le plurilinguisme des familles permet-il un mode de vie transnational, et en quoi au contraire la non transmission de la langue du pays d’origine entrave-t-elle leurs projets de mobilité transnationale ?