Décembre 2014: Colloque « Comment la sociologie des migrations transforme-t-elle les paradigmes de la sociologie générale? » (Strasbourg)

Objectif de la manifestation : Co-organisation du colloque à Strasbourg « Comment la sociologie des migrations internationales transforme-t-elle les paradigmes de la sociologie générale ? Un regard franco-allemand »

Organisateurs :

  • les membres du réseau des jeunes chercheurs « Socialisation, familles et genre en contexte migratoire » (réseau soutenu par l’Université franco-allemande),
  • le laboratoire Dynamiques européennes de l’Université de Strasbourg La sociologie des migrations participe de façon essentielle, aux transformations de la sociologie elle-même. La multitude de recherches portant sur les migrations révèle d’une part les transformations sociales, économiques, politiques des sociétés contemporaines des « Nord », des « Sud », des « Est » et des « Ouest » ; et d’autre part, la circulation des approches théoriques, des outils méthodologiques et épistémologiques travaillés par des chercheur.e.s venant de différentes disciplines. Elle participe également de la déconstruction de stéréotypes liés à la figure du/de la migrant.e. Migration, immigration, émigration, transnationalisme, globalisation, mondialisation, féminisation, politisation, ethnostratification, champ migratoire, mobilité, diaspora, territoires circulatoires, espaces migratoires, chaînes migratoires, expériences migratoires, parcours biographiques, etc., représentent quelques-uns des phénomènes et des concepts mobilisés pour en rendre compte. Car avec ces populations en mouvement, tout bouge. Les canaux de circulations de marchandises se multiplient, les marchés du travail se segmentent, se précarisent, s’ethno-stratifient, les droits sociaux s’effritent. Les réseaux familiaux s’étendent au-delà des frontières, ouvrant les champs des possibles, notamment des systèmes et langues d’enseignement pour les générations montantes. Des croyances religieuses, s’appuyant sur les moyens de communication (Internet) gagnent des espaces nouveaux, se transforment et mutent ; de nouvelles religiosités apparaissent et se diffusent localement, entrant en concurrence avec les croyances établies et opérant des conversions.   En tout il y a eu 25 intervenants, dont des Français, des Allemands, des Belges et des Suisses. La participation à ce colloque international a été très nombreuse : les deux journées ont réuni à chaque fois plus de 150 personnes. Ainsi ces échanges ont contribué au développement de la réflexion, à faire connaître le réseau, à le consolider et le développer.
  • La participation à ce colloque a permis une ouverture vers des chercheurs, des doctorants, des étudiants de Master, de Licence, des représentants d’associations locales et internationales et des élus.
  • Bref résumé du colloque :
  • Avec le soutien financier : l’Université franco-allemande, le laboratoire Dynamiques européennes, l’Université de Strasbourg, l’Association Française de Sociologie (AFS) (Réseau Thématique2 « Migrations, Altérité et internationalisation »)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *