Décembre 2015: atelier d’analyse (Strasbourg)

Objectif de la manifestation :

poursuite des analyses des entretiens. Choix des cas et des modalités de leur analyse pour rendre compte des avancements de la recherche et des premiers résultats empiriques. Point sur l’organisation du travail du réseau.

Description de la manifestation :

En introduction à la rencontre, ont été rappelés les objectifs généraux du réseau, ainsi que le produit final attendu :ont été présentés les différents projets – qui sont en lien direct avec le travail du réseau, comme la création d’un espace informatique collaboratif à accès restreint (mise en commun des documents), préparation du dossier pour organiser une Ecole d’été et d’hiver (avec l’UFA), – ainsi que les projets qui peuvent être intéressants à suivre, tels que ProGeDo (plateforme de soutien aux chercheurs dans l’accès et l’utilisation des grandes bases de données quantitatives, articulation des méthodes quantitatives et qualitatives), dépôt d’une candidature à la Chaire Gutenberg sur la thématique de l’évaluation biographique des politiques.

 

En ce qui concerne l’espace collaboratif, en attendant la préparation de l’accord de Consortium pour avoir le droit de partager et utiliser les données de recherche, et de la création du site web comme plateforme pour l’espace commun, il a été proposé de créer une liste de diffusion à la base de la MISHA de Strasbourg. Cette liste permet en effet d’envoyer les messages à tous les membres du réseau par une seule adresse e-mail, ainsi que d’avoir un espace sécurisé de partage des documents en accès réservé aux personnes inscrites sur la liste de diffusion.

 

Il a été proposé également de faire une fiche synthétique présentant les principales données des entretiens, afin d’avoir un aperçu global sur tout le matériel collecté et pouvoir plus facilement choisir par exemple quels cas seraient plus pertinents à comparer entre eux.

 

Au début de la deuxième journée de travail, sur la base des documents de l’ORIV a été présenté un aperçu du développement des différents dispositifs d’apprentissage du français à Strasbourg, en lien avec l’histoire de l’immigration et les vagues de l’immigration.

Ensuite, un point a été fait sur les entretiens faits, et les entretiens déjà réalisés :

 

Cas des familles Lieu Nombre d’entretiens Membres du groupe
Marocaine Frankfurt 7 Elise, Youssef, Marion, Christoph
Camerounaise Frankfurt

Strasbourg

1

2

Edmond, Ablaye, Janina
Russophone Strasbourg 4 Maria, Catherine, Gwendolyn
Turque Strasbourg 2 Muriel
Rom Strasbourg 1 Clara, Laura?
Hautement eduquée Frankfurt 10 Minna, Irini
Couples mixtes Frankfurt 2 Lena, Minna, Gwendolyn?

 

Le groupe a poursuivi l’analyse approfondie des entretiens. Si lors de la rencontre précédente on a utilisé la méthode d’analyse séquentielle (méthode allemande), cette fois-ci il a été proposé de faire une analyse thématique (méthode française). Le groupe a travaillé plus en particulier sur l’entretien avec Magda, une femme née en Géorgie du père Ukrainien et de la maman Russe et qui tient aujourd’hui un salon d’esthétique à Strasbourg.

 

Cette méthode se fonde sur le résultat de trois lectures approfondies de l’entretien.

La première permet de reconstituer la chronologie des étapes de la vie de la personne rencontrée depuis son enfance jusqu’au moment où elle nous a donné son entretien. Comme dans le cas de la mère et de son fils camerounais cette jeune femme (de 44 ans) avait été élevée dans un pays colonisé : la Géorgie mais dans une famille russe de colonisateurs. Elle avait beaucoup aimé ce pays et les enfants géorgiens qu’elle fréquentait à l’école. Elle vivait donc dans un contexte pluri-linguistique mais le russe était la langue des dominants jusqu’au moment où les Géorgiens se sont battus pour obtenir leur indépendance et où elle jeune femme qui avait alors 19 ans a dû quitter la Géorgie pour vivre en Ukraine pays de son père dont elle ne connaissait pas bien la langue. Apprendre des langues étrangères représente une ouverture sur les autres mais en même temps la question de la compétition des langues entre elles est vécue comme représentant un grand danger. Elle le vit au quotidien en France où le fait de ne pas parler parfaitement la langue est très mal vu, mais aussi dans sa propre famille en raison du conflit russo-ukrainien.

La seconde des trois lectures permet, domaine de l’existence par domaine de l’existence, de voir comment les dispositifs ou l’absence de dispositif d’apprentissage du français ou de l’allemand posent ou non problème à la personne rencontrée. Dans le cas de cette jeune femme qui vit à Strasbourg c’est la nécessité de repasser son diplôme d’esthéticienne dans une langue qui n’est pas la sienne qui a été le plus difficile.

 

La troisième lecture permet de repérer, à travers l’utilisation d’expressions répétées, le sens que la personne donne aux expériences vécues. Par exemple, chez Magda l’expression « encore une fois » revient souvent pour témoigner des rejets dont elle a fait objet à cause de sa manière de parler le français, mais aussi d’autres langues qu’elle a eu l’occasion d’apprendre.

 

Suite à cette réunion, cinq études de cas ont été sélectionnées, et il a été décidé de faire des analyses de ces cas par thématique qui semblait la plus importante dans le parcours de la personne en lien avec la question des langues :

  • Aicha, Marocaine (Francfort) – thématique ‘politique d’emploi’
  • Chantal, Camerounaise (Francfort) – “lien entre langue et éducation des enfants”
  • Magda, Russo-Ukrainienne (Strasbourg) – « rôle de la langue française dans la recherche d’emploi »
  • Famille Turque – thématique à définir
  • Famille Rom – “les enfants en tant que médiateurs entre leur famille et la société française”Il a été décidé de rédiger les rapports sur ces études de cas d’environ 5 pages pour fin février 2016.Suite à l’annonce faite par Elise Pape, le groupe a décidé de proposer un atelier de un après-midi lors de la conférence «Les SHS face au foisonnement biographique » qui aura lieu du 9 au 11 mars à l’EHESS à Paris. (Voir programme de la conférence en annexe)Le numéro de la revue ZQF (Zeit…) « » est sorti. (Voir le PDF en annexe)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *