Juin 2015: atelier d’analyse (Francfort)

Objectif de la manifestation :

poursuite de l’analyse des entretiens recueillis, travail de rédaction autour des premiers résultats obtenus.

Description de la manifestation :

Cette rencontre a été principalement dédiée à l’analyse approfondie d’entretiens.

Le groupe a notamment travaillé sur l’analyse séquentielle des entretiens. Cette forme d’analyse des entretiens est beaucoup utilisée en Allemagne – les participants français ont donc découvert cette méthode d’analyse grâce aux exemples donnés par les participants allemands.

Pour mener à bien cet objectif le groupe a travaillé sur l’analyse détaillée d’un entretien avec une femme Camerounaise et son fils – en analysant ensemble chaque paragraphe, séquence par séquence. En reconstituant la biographie de la mère et de son fils il est apparu clairement en fait dès le premier paragraphe que l’enfance de la mère a été marquée par le fait de vivre dans un contexte plurilinguistique (français, plusieurs langues africaines) et en situation de colonisée. Cette situation d’ouverture sur les langues mais aussi de danger ressenti face aux colonisateurs l’a amenée à pousser ses enfants à apprendre plusieurs langues et à s’engager dans la découverte de langues pas majoritaires au niveau mondial. C’est ce que l’un de ses fils a réalisé en partant en ERASMUS en Norvège : il a appris le norvégien et s’est fortement engagé dans la vie locale.

 

Les participants ont pu aussi travailler sur un entretien avec un professionnel. Il s’agissait d’un entretien avec une personne qui a fait un stage auprès d’un Service du Conseil de l’Europe qui travaille sur les questions des Roms. Il faut souligner que l’analyse de cet entretien s’inscrivait dans la continuité de l’analyse des entretiens avec des membres d’une famille Rom à Strasbourg– ce qui a permis aux participants d’avoir une vision très intéressante de la situation des populations Roms et des politiques menées à leur égard. L’importance pour les Roms d’obtenir l’aide d’un interprète dans les contacts avec les professionnels a été soulignée. En effet dans la famille étudiée le père a perdu un œil faute d’avoir compris le traitement de son diabète. Or il n’y avait pas de fond disponible dans cet hôpital public pour ce type d’intervention. Sa fille scolarisée était trop petite pour comprendre ce que disait le médecin. Beaucoup de thématiques et de pistes d’analyse sont apparues lors de cet échange très riche.

Un point a été fait sur les entretiens déjà réalisés et ceux qui sont prévus et doivent être prévus.

En même temps que notre séminaire, il y avait un colloque « Biographical Research and Cultural Analysis“. Quelques participants de ce colloque ont pu rejoindre certains de nos ateliers d’analyse – ce qui a été apprécié par ces personnes ainsi que par les participants du séminaire, car cela a permis des échanges entre les personnes qui connaissent déjà très bien les entretiens, ainsi que ceux qui y venaient avec un regard nouveau.

Pendant ce séminaire on a échangé tous ensemble, ainsi qu’en plus petits groupes, en articulant les deux. Ce format de travail a semblé intéressant, permettant les différents niveaux d’échange, et des échanges plus riches.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *